La rénovation de châssis : les ouvrages techniques à connaître

Posted on
rénovation chassis

Les fenêtres peuvent être source de déperdition thermique non seulement à cause du châssis ou du vitrage, mais également à cause de « l’espaceur ». Ce dernier sert à maintenir les feuilles des doubles ou triples vitrages écartées et les points de contact entre la baie et le châssis. Lorsqu’on décide de poser un nouveau châssis, qu’il soit en bois ou en bois-alu, en alu ou en PVC, le professionnel doit impérativement procéder à l’évaluation totale de tous ces éléments.

Les spécificités des châssis en acier

En règle générale, la pose en applique consiste à poser la menuiserie contre le mur intérieur de la maçonnerie. La fenêtre sera ainsi intégrée à l’isolant intérieur du mur. La maison peut disposer d’une surface vitrée maximum avec une finition parfaite grâce à ce principe. Le dressage du mur doit être fait avant la pose de la nouvelle fenêtre. Cela est nécessaire sur 10 cm de largeur au niveau des surfaces concernées. Il est fortement recommandé de trouver une entreprise de châssis à Bruxelles, car il faut que cette opération soit faite dans les normes. L’objectif est en effet d’effectuer les calfeutrements périphériques en bonne et due forme avec un support régulier.

Les châssis en acier sont rarement utilisés à cause de l’importance de leur impact sur l’environnement et de leur coût élevé. Sa composition impose au propriétaire de trouver une entreprise de châssis. En effet, ils sont composés d’abord d’une première frappe pour garantir l’étanchéité principale à l’eau. On a ainsi une chambre de décompression drainée. Les eaux sont ainsi récupérées et évacuées vers l’extérieur. Puis on une deuxième frappe munie d’un joint périphérique continu assurant l’étanchéité principale à l’air. Une mousse isolante y est ainsi insérée dans la chambre où la quincaillerie est logée.

L’utilisation des châssis en acier à coupure thermique permet de profiter de certains avantages. La résistance mécanique de l’acier et la soudure pour les assemblages sont exceptionnelles. Les ensembles vitrés sont stables et rigides même si leurs surfaces sont assez conséquentes grâce au châssis acier. Ils garantissent également la sécurité des occupants, car ils résistent à toute effraction. Les consommateurs ont largement le choix sur les différentes formes disponibles. Par contre, leur principal inconvénient est leur coût élevé. Pour leur pose, il est donc primordial de dénicher une société experte en châssis pour leur optimisation.

Les performances techniques d’une fenêtre

Une performance thermique d’un vitrage est différente de celle d’une fenêtre. Pour cette dernière, elle est calculée par rapport à la moyenne des performances des éléments qui la composent : celle du châssis, du vitrage, de l’espaceur, des ouvertures d’admission réglables éventuelles ou OAR et d’éventuels panneaux ou parties opaques. Les valeurs sont pondérées selon la surface relative de chaque élément.

Si le calcul PEB du coefficient U d’une fenêtre ne comptabilise pas les éventuelles pertes thermiques causées par le raccord du châssis à la paroi, ne sont pas prises en compte dans, elles doivent tout de même être prises en compte. En effet, les pertes thermiques peuvent également provenir de l’espaceur entre le vitrage et le châssis et entre le châssis et la baie.

Le calcul des performances techniques des portes, des fenêtres et des fermetures sont régies par la norme NBN EN 10077-1 et -2. Cette norme tient compte du pont thermique au niveau de l’espaceur dépendant du genre de châssis, du vitrage et de l’intercalaire ; des coefficients de transmission thermique du vitrage et du châssis ; et du pont thermique de mise en œuvre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *